Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008  Paris 

                                                        Bruxelles, le 21/05/2017

 

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Objet : Réaction à la lettre d’Alain Gauthier

En tant qu’Avocat, j’ai attentivement lu la lettre que Monsieur Alain Gauthier  du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda a adressée à Votre Excellence en date du 14 mai 2017 sur son souhait de faire extrader au Rwanda certains réfugiés rwandais vivant en France.

Permettez-moi de commencer par rappeler qu’Alain Gauthier et sa femme  Dafroza sont à l'origine de la plupart des enquêtes françaises sur le génocide au Rwanda comme mentionné dans leur courrier.

Monsieur Alain Gauthier avoue que son épouse est la belle-sœur du Général James Kabarebe, tout puissant ministre de la Défense du régime du Front Patriotique Rwandais et ancien chef d'Etat-Major Général des armées de la République Démocratique du Congo. Il est de notoriété publique que ce Front sème la terreur tant au Rwanda que dans les pays limitrophes et loin des frontières tel qu’en Afrique du Sud ou en Belgique où le régime de Kigali a tué et tue encore des réfugiés Hutu et Tutsi.

Depuis 2001, ce couple franco-rwandais a  déposé plus d’une vingtaine de dossiers  entre les mains des juges d'instruction parisiens. La femme et l'homme ne cessent de démontrer qu’ils sont agents du pouvoir rwandais en ce qu’ils chassent des intellectuels Hutu réfugiés en France en leur collant vaille que vaille le crime de génocide. Ils sont d’ailleurs mensuellement rémunérés pour leur rôle dans la persécution des Hutu réfugiés dans Votre pays.

Mais ce n’est pas tout : ils sont le refrain de la chanson de Kigali qui ne cesse de charger les militaires français d’avoir participé au génocide des Tutsi et/ou d’avoir protégé les Hutu qui fuyaient vers la RDC en 1994.  Ces Hutu seront pourchassés et massacrés par le Front Patriotique Rwandais qui, selon le Rapport Mapping de l'ONU (01/10/2010, s'est rendu coupables d'actes qualifiables de génocide s’ils étaient soumis au juge.  Des témoignages irréfutables ont démontré que pareils actes contre des Hutu ont été notamment commis à Kibeho, au stade de Byumba et à Kanama. Ils attendent que le juge les qualifie mais le Front Patriotique Rwandais s’ingère dans les juridictions internationales. Espérant échapper à la justice, le régime de Kigali use de tous moyens de pression et de la corruption pour s'assurer la complaisance des juges habituellement impartiaux mais qui cèdent aux pressions diplomatiques et politiques des sponsors de Kigali pour lui assurer l’impunité.

D’ailleurs, plusieurs anciens militaires Tutsi ayant servi au sein du Front Patriotique Rwandais se sont déjà prononcés au sujet de ces actes qu’ils qualifient de génocide contre les Hutu à voir comment Paul Kagame les a systématiquement planifiés et organisés.

Entre-temps, le Rwanda a demandé et obtenu en 1994 un Tribunal pénal international pour le Rwanda qui devait juger tous les crimes commis au Rwanda du 1er janvier au 31 décembre 1994. Ce Tribunal a déjà fermé ses portes sans avoir jugé un seul Tutsi ni aucun membre du Front Patriotique Rwandais.

A l’intérieur du Rwanda, le régime du Front Patriotique Rwandais a instauré des tribunaux traditionnels dénommés gacaca qui sont accusés de partialité et qui n’ont jugé aucun Tutsi,  ni aucun membre du Front Patriotique Rwandais ou sponsor international.

Les terribles crimes commis  au Rwanda entre le 1er octobre 1990 et aujourd’hui ont été attribués aux seuls Hutu par le régime du Front Patriotique Rwandais alors que ce Front, essentiellement tutsi, a massacré les Hutu, simplement pour être nés tels ou pour avoir épousé l’esprit de tolérance et de cohabitation pacifique entre les  trois ethnies du Rwanda.

La lettre d’Alain Gauthier est dès lors une suite de l’œuvre du Front Patriotique Rwandais et de son chef Paul Kagame qui continuent de persécuter les Hutu qui les ont fuis. Ils regrettent de ne pas les avoir exterminés et Paul Kagame ne cesse de le répéter, lui qui a également une dent contre la France.

Il s’avère que quelques pays comme les Etats-Unis, les Pays-Bas-Bas et le Canada ont succombé aux mensonges et travestissement de la vérité orchestrés par le Front Patriotique Rwandais et ont extradé quelques réfugiés Hutu au Rwanda. Ces ex-réfugiés subissent dans ce pays une injustice sans nom. Il en est de même des opposants qui ont osé déclarer leur intention d'affronter Paul Kagame dans les urnes. Ils ont été tous condamnés ou tués. Il y a quelques jours, Jean Damascène HABARUGIRA, un militant des Forces Démocratiques Unifiées (FDU-INKINGI) a été décapité après castration et enlèvement des yeux. La Présidente de ce parti est écrouée pour  15 ans d’emprisonnement ferme. Et lorsque Madame Victoire Ingabire Umuhoza a fait appel à la Cour africaine des droits de l’homme à Arusha, le Rwanda s’est vite retiré de cette institution judiciaire internationale pour ne pas perdre la face.

Au regard de ce qui précède, le régime du Front Patriotique Rwandais est bâti sur le mensonge et le crime mais également sur une justice entièrement soumise au pouvoir. Alain Gauthier croit alors qu’il en est ainsi en France et veut que le Président de la République française trempe dans l’injustice comme celui du Rwanda. Il fait semblant d’ignorer la séparation des pouvoirs en France et estime que le Président français va dicter sa volonté aux magistrats professionnels comme au Rwanda.

Faut-il vous dire, Excellence Monsieur le Président, que Vous ne pouvez tomber dans le piège de Kigali au travers du Français Alain Gauthier et sa femme qui est la belle-soeur du général Kabarebe James dont les mains sont pleines de sang.

Il convient plutôt de rappeler à Votre Excellence que le pouvoir du Front Patriotique Rwandais vise toujours à combattre l’influence française dans la Région des Grands Lacs pour y implanter la culture anglophone. Ce fut le nœud de la guerre lancée sur le Rwanda le 1er Octobre 1990 à partir de l'Ouganda, un pays anglophone. C’est pourquoi Paul Kagame ne cesse de blâmer la France et de charger les militaires français des crimes qu’ils n’ont pas commis.

Je pourrais Vous suggérer d’aider les Rwandais à organiser une conférence sur leur réconciliation pour que les Tutsi, les Hutu et les Twa vivent dans la paix. Il importe évidemment de noter que Paul Kagame qui a implanté au  Rwanda une dictature sanguinaire  et de terrorisme d’Etat ne voudra pas facilement prêcher la paix et réunifier les Rwandais.

Toutefois, il y a lieu de compter sur Votre influence traduite par la confiance que les Français viennent de placer massivement en Vous pour que Vous travailliez à ramener la paix en Afrique centrale où, osé-je le dire, Paul Kagame a semé et entretenu un conflit qui a trop duré.

Je réitère tout mon soutien à la justice de votre pays et appelle à tout mettre en oeuvre pour faire éclater toute la vérité sur le dossier Rwanda.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, l’expression de ma plus haute considération.

Innocent TWAGIRAMUNGU
Avocat au Barreau de Bruxelles

 

 

 

VIDEOS CHOISIS POUR VOUS