"L'escadron de la mort des opposants hostiles a la paix au Burundi a de nouveau frappé au cœur de la FDN. Un lieutenant colonel du nom de Darius IKURAKURA a été tué. L'assassin a pu s'enfuir." Sans blague?
Comme explication pour brouiller les pistes, l'on nous raconte que c'était aux heures de pause et que le centre névralgique de la FDN était désert! Aucun service de garde, aucune position de veille? Tout simplement, l'homme est tombé dans un guet-apens là où il s'y attendait le moins. L'on s'empresse également de nous faire croire que la victime était un nocher des enfers, la terreur des manifestants dans les quartiers bastions de l'insurrection.

 S'il a commis des crimes aveuglement, il ne pourra plus se justifier ni en répondre devant la justice. Mais Darius Ikurakure est mort au service de sa patrie. Paix à son âme. Condoléances à sa famille, à ses amis ou compagnons d'armes.

 Le Burundi vient de perdre un fils courageux pour ne pas dire valeureux. Darius Ikurakure vient d'être tué comme un sacrifice. Hélas, la complicité de ses compagnons d'armes avec l'assassin met à nu la gravité de la déchirure du tissu social burundais après une décennie d'espoirs inédits. Il y a bel et bien anguille sous roche au niveau de ce saint des saints de la FDN. Et ce ne sont pas les apprentis rebelles dont on nous parle dans les quartiers de la division qui ont planifié et exécuté l'attentat. Je pleure pour le Burundi. Je condamne tous ceux qui versent le sang de leurs semblables. Je condamne cet attentat contre Darius Ikurakure.

 

Daniel KABUTO sur sa page facebook